• Peur du yoga? (suite)

    Comme une page de blog est souvent trop courte pour bien se faire comprendre, j’ai eu envie de revenir sur mon dernier article où je m’élève contre cette peur au cœur du monde chrétien qui continue à éloigner de l’Eglise et du christianisme le peu de gens qui pourraient encore y trouver une certaine lumière.

    Mais reprenons la phrase clé de l’article qui m’a fait réagir : « La pratique du yoga est incompatible avec la spiritualité chrétienne. »

    Lorsque deux réalités sont incompatibles l’une avec l’autre, elles le sont toujours dans la réciprocité. Et si je retourne la phrase, on pourra lui faire dire que le christianisme, ou au moins la spiritualité chrétienne, est incompatible avec la pratique du yoga. Mais vous ne sentez pas qu’il y a là une affirmation terriblement grave qui risque de déformer tout le message du Christ ?

    On va finir par dire que le Christ est incompatible avec les trois quarts de l’humanité ! Mais une personne responsable de l’Eglise qui se permet des mots pareils, en mesure-t-elle la portée terrible ?

    Non, il y a là un immense malentendu, qui part peut-être d’une bonne intention au départ, mais qui dénature complètement l’esprit de l’Evangile ! Le Christ que je suis (du verbe suivre) est compatible avec tout homme quel qu’il soit, avec même le plus misérable des pécheurs que Jésus est venu sauver. Le Christ est même compatible avec le péché puisqu’il a assumé le péché sur la croix, alors qu’il aurait pu s’en désolidariser complètement.

    Le Christ est solidaire de tout homme. Le seul péché qu’il a récusé de manière absolue est celui qui va contre l’Esprit, et encore faudrait-il être sûr d’avoir compris ce qu’il a voulu dire par là.

    Et lorsqu’une religion, que l’on est en droit de considérer de bonne foi, développe une recherche qui semble différente des idées du christianisme, l’Eglise d’aujourd’hui (qui revient à la source de l’Evangile) est en train de nous apprendre à y chercher les semences du Verbe, c’est-à-dire du Christ. Le Christ est là, au cœur même du yoga et de toute spiritualité qui pourrait sembler diverse de notre propre foi. Le Christ voit bien plus loin que les apparences, son regard d’amour plonge au cœur de chaque homme pour lequel il a donné sa vie.

    Ce n’est pas en pratiquant le yoga que je cours des risques, mais en cessant de vivre en moi et avec mes compagnons de route l’esprit de l’Evangile qui s’intéresse à tout homme, surtout celui qui est différent et qui m’attire : « Allez dans le monde entier proclamer la Bonne Nouvelle à toute la création. » Et dans le monde entier se trouvent les pratiquants de yoga, les non-violents comme Gandhi, tous ceux qui se battent pour un monde meilleur, mais qui ont d’autres idées que nous et que le Christ aime comme il nous aime. Si c’est cet esprit-là qui se perd, alors je veux bien croire que le christianisme court à sa perte, mais ce ne sera pas à cause des autres, ce sera à cause d’une maladie qu’il se sera créée lui-même de l’intérieur, par peur, par paresse, par égoïsme, ou même par hypocrisie : Dieu seul pourra en juger ! 

     

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Mardi 19 Septembre à 20:20
    Serait ce aussi une question d'ignorance de ce que c'est le yoga ? Ce qui serait grave également !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :