• Au-delà de la logique!

    « Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. » (Mt 5, 43-45)

    C’est toujours la même logique. Si je pense à moi, jamais je ne pourrai aimer mon ennemi, celui qui a commis une injustice envers moi, qui m’a fait du mal, qui m’a menti, trompé, exploité, qui s’est moqué de moi, qui m’a volé, insulté, calomnié. Et pourquoi devrais-je le faire ? Pour l’encourager à recommencer, puisqu’il n’aura même plus peur de moi ?

    Mais la logique de Dieu est complètement différente. Dieu ne pense jamais à soi-même, il pense toujours au bien de l’autre. Et puisqu’il veut mon bien, il me propose de faire comme lui. Si quelqu’un m’a fait du mal, je ne vais pas penser au mal qu’il m’a fait, mais au bien que Dieu veut et peut lui faire. Je vais seulement penser à Dieu et à l’autre. Je vais essayer de voir l’autre comme Dieu le voit, avec son regard d’amour, même si l’autre a été méchant ou injuste.

    Alors tout change en moi. D’abord, je commencerai à accepter avec humilité l’idée que si l’autre est méchant avec moi, c’est peut-être en partie ma faute : est-ce que moi-même j’ai toujours été amour avec lui par le passé ? Un peu d’humilité fait toujours du bien et libère de soi-même. Ensuite, quelle que soit la réaction de l’autre, je vais rester en paix avec moi-même et avec Jésus présent et caché dans l’autre. Car c’est cela la deuxième vérité que je vais découvrir : que Jésus est caché au cœur de celui qui me fait du mal, même si l’autre ne le sait même pas ou ne veut pas le savoir. Je vais me mettre d’accord avec ce Jésus en lui, pour renverser peu à peu la situation et je verrai peut-être des miracles. Et si l’autre ne veut pas comprendre, je lui pardonnerai quand même, comme Jésus a pardonné à ses persécuteurs sur la croix : « Père, pardonne-leur ; ils ne savent pas ce qu’ils font. »

    L’important dans tout cela, et c’est le cadeau de Dieu dans toute cette histoire, c’est que mon union avec Dieu, ma paix intérieure et mon amour pour Lui et pour le prochain ne vont cesser de grandir. Mieux même, l’amour qui est passé par l’épreuve en ressort plus fort. C’est parce que j’ai eu le courage d’aimer ceux qui ne m’aiment pas que j’aurai encore plus de force et d’enthousiasme pour aimer ceux qui m’aiment, tous ceux qui me sont chers, et pour continuer à construire l’unité de la famille humaine. Ce serait tellement dommage de limiter mon amour pour Dieu et pour toute l’humanité, parce qu’une une ou deux personnes m’ont fait du mal en chemin !

     


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mercredi 7 Novembre à 06:14
    "me mettre d'accord avec Jésus présent, caché dans l'autre qui me fait mal..." j'aime bcp bcp cette expression.. Je savais me mettre d'accord avec Jésus en moi...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :