• De quelle vérité s'agit-il?

    Il y a une quinzaine de jours, j’avais repris sur Facebook le titre d’un de mes anciens articles qui disait : « La vérité n’enferme jamais ». Et j’ajoutais en commentaire cette simple question : « Pourquoi avons-nous parfois peur de la vérité ? »

    Ce à quoi une de mes lectrices les plus assidues m’avait demandé : « De quelle vérité s’agit-il ? »

    Excellente question, bien logique. On parle tellement chaque jour de la vérité à tort et à travers dans les conversations de tous les jours, dans les médias et tous les réseaux sociaux, qu’on finit par ne plus comprendre ce que ce mot veut dire en réalité.

    Je renvoie tout de même ma lectrice à mes deux anciens articles : le premier justement « La vérité n’enferme jamais » du 25/5/17 dans « Batailles » et le second « La vérité ? » du 6/5/16 dans « Passepartout », qui peuvent déjà donner de bons éléments de réponse…

    Mais je crois que le principal problème, depuis que l’homme a commencé à penser, à réfléchir, à analyser, c’est que chacun confond « la » vérité avec ses pauvres convictions, parfois belles et profondes, mais toujours tellement limitées, il faut bien se l’avouer.

    La vérité est une réalité tellement immense et mystérieuse que prétendre la contenir serait un peu ridicule. Qui peut prétendre connaître « la » vérité ? Car la vérité n’est pas une formule de quelques pauvres paroles dans laquelle j’essaye de l’enfermer. Elle n’est pas un article de journal, ni un livre savant, ni une doctrine philosophique ou un courant de pensée…

    La vérité est « la vérité » que chacun sent confusément au fond de soi, qui nous éclaire et nous attire et nous dépasse à la fois, mais sans laquelle nous ne pourrions pas continuer notre chemin. Car elle est bien là qui donne un sens à chacune de nos actions, de nos relations, de nos rêves ou de nos ambitions.

    Notre monde moderne en est arrivé à une telle crise culturelle qu’il finit par douter de tout et même de la vérité. Tout devient relatif, comme si aucune vérité n’était possible. Mais c’est là un piège dont il faut se sortir, avec humilité mais avec décision.

    Dire que nous ne pouvons pas contenir la vérité ne veut pas dire que nous sommes condamnés maintenant à rester pour toujours dans l’obscurité. Non, les reflets de la lumière de la vérité sont bien là, suffisants pour que nous puissions continuer à construire le présent et l’avenir de l’humanité de tout notre cœur.

    Et la preuve que la vérité existe, c’est que malgré toute la confusion qui règne parfois dans notre monde, l’humanité n’est pas morte, elle est malade, mais elle est toujours debout, chacun de nous a des valeurs à partager, qui sont, elles aussi, d’autres reflets de cette même vérité qui nous pousse.

    Quand des personnes se rencontrent et s’aiment et bâtissent ensemble une famille, un pays, ou la paix dans le monde, lorsque des gens se mettent ensemble pour de nouvelles découvertes qui font progresser notre vie sur la terre, lorsqu’on parvient à un tant soit peu d’unité même fragile pour avancer, c’est que la vérité est en acte, qui nous libère et nous fait respirer. Mais toute illusion de vérité qui vient au contraire nous diviser, nous opposer les uns aux autres, n’est qu’une tromperie qui disparaîtra bien vite comme elle est arrivée. Ce qui enferme et crée des conflits ne peut jamais être un reflet de la vérité.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Dimanche 28 Janvier à 15:55
    Il me semble que la vérité que l'on sent confusément au fond de soi prend une coloration différente selon les différentes expériences de la vie ...des fois je la vois dans l'amour, une autre fois dans la liberté,ou encore dans la réciprocité ou dans Dieu qui chemine avec nous ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :