• La famille de la Trinité

    « Ne vous mettez pas à dire vous-mêmes : ‘Nous avons Abraham pour père.’ Car je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. » (Lc 3,8)

    Il y va fort tout de même, Jean Baptiste ! Ce n’était pas rien pour un juif de l’époque de se considérer comme un fils d’Abraham ! Et puisque c’est Dieu qui l’inspire directement, que veut nous dire Dieu ici ? Que tout à coup notre appartenance familiale ou de clan n’a plus aucune valeur ?

    En fait je crois que tout est simple et limpide avec Dieu. Jésus que le Père a envoyé parmi nous sur terre avec l’Esprit Saint est venu nous dire une seule chose, c’est que sa véritable famille, c’est la Trinité ! C’est cet amour tellement inouï qui court entre le Père et le Fils dans l’Esprit de toute éternité, cet amour d’accueil et de don infinis dans la plus parfaite réciprocité. Et le seul désir de Dieu quand Jésus vient vivre au milieu de nous, c’est de nous faire entrer peu à peu, mais aussi le plus vite possible, dans cette béatitude céleste de la Trinité.

    C’est pour cela qu’il a créé la famille au cœur de l’humanité, comme le joyau de l’univers. Il nous a fait naître chacun dans une famille. Jésus lui-même est venu au monde dans la « sainte famille de Nazareth », exemple pour chacun de nous. Car il n’a pas voulu nous faire naître chacun seul dans son coin, mais comme les branches entremêlées et entrecroisées du même arbre de l’humanité. Car c’est en famille que nous apprenons à découvrir en nous et avec l’autre que tout dans la vie est relation, d’écoute et de donation. Et c’est là, avec toutes nos expériences à la fois belles et difficiles, de découverte progressive de l’autre et de cet amour réciproque entre nous, que nous commençons à goûter, sans le savoir encore, à la vie de la Trinité parmi nous.

    Mais lorsqu’on détourne tout à coup la famille de son but, lorsqu’on se sert de la famille pour s’éloigner des autres ou même pour les combattre, lorsqu’on utilise même la puissance de sa propre famille pour écraser les autres et les dominer, alors Dieu intervient et détruit tout de suite cette fausse famille que nous nous sommes formés et nous réveille à la réalité. N’entendrons-nous pas bientôt Luc lui-même nous parler de cette femme qui élève la voix au milieu de la foule pour dire à Jésus : « Heureuse la mère qui t’a porté dans ses entrailles, et qui t’a nourri de son lait ! » Et Jésus de répondre : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu et qui la gardent ! » (Lc 11,27-28)

    Nous avions déjà vu en Matthieu un autre épisode qui allait dans le même sens. « Quelqu’un lui dit :’Ta mère et tes frères sont là dehors, qui cherchent à te parler.’ Jésus répondit à cet homme :’Qui est ma mère et qui sont mes frères ?’ Puis, tendant la main vers ses disciples, il dit :’Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère.’ » (Mt 12,47-50) Même sa relation avec sa sainte et admirable mère, n’a tout à coup plus aucune importance si elle n’est pas un chemin qui nous conduit à la sainte famille de la Trinité, cette famille où Marie a été introduite la première pour nous aider à y pénétrer nous-mêmes à notre tour. Comme tout est vraiment simple et logique pour notre Dieu !


  • Commentaires

    1
    Hayat Fallah
    Lundi 17 Janvier à 12:38
    Simple, je ne sais pas
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :