• Se laisser faire par nos frères

    « Si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t’emprunter. » (Mt 5,41-42)

    Encore une phrase qui bouleverse ce qu’on considère être le bon sens. Jésus nous demande de toujours accueillir la demande de l’autre quelle qu’elle soit. Ce genre de demande qui veut dire aussi un grand effort de notre part, beaucoup de générosité, beaucoup de confiance dans l’autre, car l’autre devient ainsi comme notre patron, celui qui commande. Et Jésus ne précise même pas si la demande de l’autre est juste ou non, si elle est raisonnable ou non, si elle arrive à un moment dans lequel je suis déjà occupé à autre chose…

    On ne va pas discuter ici comme des pharisiens qui veulent défendre la loi. Il est bien évident que, prise à la lettre, une telle phrase sera souvent impossible à mettre en pratique. Il suffit d’imaginer que deux ou trois personnes nous demandent en même temps des choses contradictoires et nous serons bien évidemment paralysés, sans plus savoir quoi faire. Mais nous mettre à discuter avec Jésus serait bien stupide.

    Ce qui compte ici, c’est l’esprit avec lequel Jésus s’adresse à nous. C’est d’abord un esprit d’amour total pour nous, car Jésus veut surtout nous libérer de notre logique terre à terre qui nous empêche de décoller et d’être libres d’aimer nos frères. Il nous demande ensuite d’être prêts à aider ou à aimer nos frères comme eux veulent être aidés ou aimés, même si pour nous leur demande peut être bizarre, mal placée, exagérée.

    Il nous demande de surprendre l’autre par notre amour : vouloir toujours donner plus que ce que l’autre a demandé, c’est déjà apprendre à être comme Dieu qui donne toujours plus que ce qu’on n’aurait jamais pu imaginer. Et c’est toujours cela le but de Jésus. Il ne se demande pas si l’autre va profiter de nous et nous exploiter, c’est le dernier de ses soucis. Il veut nous dire au fond que c’est Lui-même qui se cache derrière la demande de notre frère ou de notre sœur. Et son mot d’ordre va donc être d’apprendre à nous laisser faire, chaque fois que ce sera réalisable, bien sûr, mais le plus souvent possible. Cela demande d’abord d’écouter notre frère, de comprendre sa demande et de l’accueillir de tout notre cœur… et nous serons étonnés de voir où cela va nous mener, car c’est Dieu qui va prendre en mains notre relation et une grande aventure va commencer…


  • Commentaires

    1
    Hayatfallah@hotmail.
    Mercredi 7 Novembre à 06:21
    Merci Roland !D'abord écouter la demande de l'autre... L'accueillir, même si on ne peut y répondre pratiquement ! C'est super important !!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :